Entre cap et fleuve: marche avec des amis sur la voie ferrée, un jour que les glaces s’élèvent en buffets d’orgues (Cap-Santé, 8 février 2015)

DSC05871

DSC05870

 

DSC05873

 

 

DSC05874

DSC05888

DSC05890

DSC05889

DSC05893

DSC05898

DSC05876

Publicités

Marche sous le cap à l’heure du soleil déclinant…

DSC05338

DSC05346

DSC05307

Le mélèze, aux jours d’entre marche et glisse

 

«Il y a deux sortes d’arbres, les hêtres et les non-hêtres », écrivait le canulariste Raymond Queneau, sous le pseudonyme de Sally Mara. Celui-ci est un non-hêtre de type mélèze, qui étend ses racines sur un cap, face au Fleuve — que les Amérindiens nommaient «La rivière qui marche» en été et «La rivière qui glisse» en hiver.